lun. Juil 26th, 2021

Décès de Manu Dibango : hommages des stars et personnalités africaines

Décès de Manu Dibango : hommages des stars et personnalités africaines

Une floraison des hommages se multiplient après l’annonce du décès de l’artiste-musicien camerounais de renommée mondiale.

Manu Dibango, 86 ans, s’est éteint ce 22 mars 2020 dans un hôpital de la région parisienne des suites du nouveau coronavirus. De nombreuses personnalités politiques, stars et artistes africains effondrés par cette triste nouvelle expriment leur émotion sur les réseaux sociaux.

Hommes politiques

Le président gabonais a tenu à exprimer personnellement un hommage via son compte officiel à celui qu’il appelle « Papa Muna ». Ali Bongo Ondimba rend témoignage d’un immense patrimoine que laisse derrière lui ce célèbre saxophoniste.

Côte d’ivoire : mariage avec la Tunisienne Aelyssa Darragi, prison pour Alpha Blondy ?

Le chanteur de reggae ivoirien, Alpha Blondy, qui vient de célébrer son mariage avec  la Tunisienne Aelyssa Darragi, encourt une peine de prison. Pourquoi ?

A peine le mariage, religieux et civil, entre Alpha Blondy et la Tunisienne Aelyssa Darragi a été célébré les 20 et 22 février 2020, que  l’épouse coréenne du chanteur ivoirien effectue une sortie pour  indiquer être à ce jour unie au reggaeman par les liens du mariage. Si ces faits son avérés, c’est dans une situation de bigamie que se trouve Alpha Blondy et qui pourrait l’exposer à des sanctions judiciaires.

Selon la presse ivoirienne, c’est l’article 455 du Code pénal ivoirien qui constitue une menace pour le musicien, puisqu’il indique clairement : « Quiconque étant engagé dans les liens du mariage en contracte un autre avant la dissolution du précédent est puni d’un emprisonnement de six mois à trois ans, et d’une amende de 50 000 à 500 000 francs ».

Si l’hypothèse d’un emprisonnement de l’artiste est envisagée, c’est pour la simple raison que dans une publication sur les réseaux sociaux, la Coréenne Ran Young Hong-Koné a rappelé à Alpha Blondy qu’elle est et reste son épouse. « A présent, je voudrais te rappeler qu’il n’y a rien de mal au fait de te remarier, mais sans m’avoir divorcée, moi qui suis légalement encore mariée à toi, tu commets un délit », a clairement signifié celle qui se dit toujours épouse d’Alpha Blondy.

« Il est temps de dire la vérité et de me rendre justice », a ajouté la Coréenne qui, visiblement est prête à engager une bataille judiciaire avec celui qu’elle considère comme son mari.

A lire : Côte d’Ivoire : polémique après le mariage d’Alpha Blondy avec la Tunisienne Aelyssa Darragi

amet consequat neque pretium ut. Integer hendrerit mauris nec odio auctor suscipit. Proin porttitor turpis vitae ligula dictum, a sollicitudin purus congue. Nulla viverra nisi ex, ut ornare tellus cursus quis. Nulla posuere tincidunt leo at condimentum. Sed egestas tortor a nisi fringilla, id cursus odio rhoncus.

odio, sit amet consequat neque pretium ut. Integer hendrerit mauris nec odio auctor suscipit. Proin porttitor turpis v

Céline Banza, lauréate du Prix Découvertes RFI 2019

Après délibération, le jury du Prix Découvertes RFI 2019 a rendu son verdict : c’est la Congolaise Céline Banza qui remporte cette nouvelle édition.

Chanteuse, vidéaste, actrice, performeuse : Céline Banza est tout cela à la fois. Une artiste curieuse et polyvalente qui n’a que 22 ans et a déjà inspiré un court métrage en 2017, Tamuzi , où elle joue son propre rôle. 

Mais par-dessus tout, il y a la musique, la chanson. C’est au sein des Studios Kabako avec le chorégraphe-danseur Faustin Linyekula, à l’est de la RDC, que Céline Banza fait ses premiers pas de choriste. Elle fréquente des danseurs, des rappeurs et monte sur scène, sa première scène à l’alliance française de Kisangani. De retour à Kinshasa, sa ville de naissance, elle entre à l’Institut National des Arts.

En 2017, elle participe également à l’émission The Voice Afrique francophone qui la conforte dans son envie d’entamer une carrière musicale et lui fixe un objectif : celui de gravir peu à peu les marches et d’occuper le devant de la scène. Elle crée ensuite son groupe Banza Musik. Avec cette récompense décernée par RFI, c’est bel et bien une nouvelle impulsion qui est donnée à la jeune congolaise et des encouragements de la profession sur le chemin qu’elle s’est choisi. L’occasion également de faire entendre sa musique à un public beaucoup plus large…

Chaque année, RFI organise le concours Découvertes destiné à promouvoir les jeunes talents des musiques africaines. Un concours qui au fil des années a révélé des artistes devenus pour certains des icônes de la musique africaine comme Tiken Jah FakolyRokia TraoréDidier AwadiAmadou & Mariam et l’an dernier le jeune chanteur rwandais Yvan Buravan.

Burna Boy : influences, collaborations et mégalomanie… Ce qu’il faut savoir de la star nigériane de la pop

Fort de l’immense succès de son dernier opus, la star nigériane est, à 28 ans, l’un des artistes africains les plus suivis sur la Toile.

• Débuts difficiles

En 2012, quand sort son premier album, Damini Ogulu (de son vrai nom) alias Burna Boy est loin de faire l’unanimité.

Les journalistes nigérians ne manquent pas une occasion de commenter ses frasques – comme ses multiples arrestations – et lui prédisent une très courte carrière. Sa musique manque alors de maturité.

Seydou Ouédraogo : « Il y a aujourd’hui un péril sur le vivre-ensemble sahélien »

Sur le continent européen comme dans les Etats de la bande sahélienne, la lutte contre le terrorisme entraîne une limitation des libertés individuelles. Bien sûr, on ne part pas du même point, mais le parallèle interpelle Seydou Ouédraogo, enseignant-chercheur à l’université de Ouagadougou, au Burkina Faso. Cette réaction qu’a connue la France au lendemain des attentats de Charlie Hebdo et du Bataclan, à Paris, il l’observe à l’œuvre, de façon différente, dans les pays africains touchés par les attaques djihadistes, ou qui risquent de se trouver dans la zone d’extension de la menace.Lire aussi  « Ce qui est en jeu au Sahel est la capacité des Etats à recoudre le tissu social »

Or, aux yeux de cet économiste de formation, à la tête du groupe de réflexion Free Afrik, il faudrait au contraire que les sociétés civiles continuent d’avancer et gagnent encore bien des combats contre les inégalités pour que le terrorisme, qui se nourrit aussi des injustices sociales, puisse reculer. Les sociétés civiles sahéliennes pâtissent de se retrouver dans cette impasse alors que, durant les décennies passées, elles ont fait avancer leur pays.

kultuTv

GRATUIT
VOIR