lun. Juil 26th, 2021

Les prédictions du tofâ 2019, de David Aza font objet de beaucoup de critiques et d’interrogation du rang de beaucoup d’observateur. Pour ces derniers, les révélations et interprétations faites par le professeur sont purement politique.

Beaucoup d’interrogations et de polémiques se notent au sein de l’opinion publique face aux révélations de Tofâ 2019 du professeur David Koffi. Ces polémiques ont vraiment pris d’ampleur quand le consultant cultuel et culturel s’est affiché aux côtés des formations politiques proches du président Patrice Talon. Une posture que, pour beaucoup, auraient influencé l’interprétation des signes issus du tofâ 2019. D’un autre côté, pour certains, très peu des prédictions du tofâ 2019 se sont réalisées.

Face à ces différentes attaques, le professeurs réagit. En effet, lors de son passage sur “BI News“, il faisait savoir que “ceux qui disent ça (qu’il est devenu un politicien -NDLR), ils ont raison mais c’est la méconnaissance même de l’essence de tofâ”, notifie-t-il. À l’en croire, depuis 1715, les principaux chefs du tofâ ont toujours été de connivence avec le roi au point même que les grands prêtres à l’époque avaient leur maison dans les environs du palais royal.

Mais malgré cette complicité, les relations n’ont pas toujours été exempt de guerre. Ils ont parfois des relations conflictuelles.  A plusieurs reprises, le roi du Danxomè a demandé même qu’on décapite le boconon qui a fait le tofâ parce que les prédictions ne lui étaient pas favorables”, a-t-il clarifié.

Sur cette même lancée, le professeur explique que la situation actuelle n’est pas nouvelle. Lorsque les prédictions ne sont pas favorables au roi, celui-ci va en guerre contre le boconon et quand c’est favorable pour la population, elle applaudit et le boconon est décrié quand c’est favorable au roi, s’est il défendu.

Concernant la politique, le consultant cultuel et culturel renseigne que la résurgence du tôfa est intervenue en 2005 dans l’optique d’apporter un plus en accompagnant le régime du président Boni Yayi. Sauf que ce dernier n’a pas pris en compte le tofâ durant ses 10 ans de gouvernance. Selon son développement, c’est le gouvernement qui apportait des contributions financière à des  »Boconon » vu les exigences.

Mais ignoré par les autorités d’alors, ils ont été pris en charge par d’autres qui s’occupaient du financement des consultations. Ces derniers arrivés au pouvoir en 2016, auront logiquement son soutien parce que ceux qui finançaient la consultation du “tofâ” sont aujourd’hui au pouvoir. “Nous sommes des Béninois, nous sommes tous à la quête de la construction de l’Etat. Je ne comprends pas pourquoi certains ne doivent pas aller vers d’autres; on ne peut pas construire une nation comme ça” répond-il à ses détracteurs.

By kultutv

kultuTv

GRATUIT
VOIR