jeu. Oct 21st, 2021

WILF ENIGHMA DÉSORMAIS GOSPEL?

WILF ENIGHMA DÉSORMAIS GOSPEL?

Qu’un artiste décide de magnifier l’Eternel, ça ne cause aucun problème, nous avons tous une raison de célébrer l’être suprême.
Nous avions la même réflexion quand il nous proposait fin 2019, cette magnifique chanson tel un parfum de bonne odeur dédiée à Dieu intitulée ‘´AWAME’´.
Le week-end passé, il fit à nouveau irruption dans nos playlists avec un autre titre intitulé ‘’ GUIGO NON’’ qui loue le très haut.
Wilf ENIGHMA serait-il en train de virer vers le gospel?
A suivre

Quand la rappeuse Cardi B attise la rivalité entre Ghanéens et Nigérians

Entre internautes ghanéens et nigérians, c’est la « guerre » déclarée sur le réseau social Twitter. « Instigatrice » de ce conflit, sans doute sans le savoir, la rappeuse américaine Cardi B.

L‘étincelle est partie de l’annonce de la rappeuse de demander la nationalité nigériane. Une initiative qu’elle a dit vouloir prendre après une frappe de l’armée américaine qui a tué le commandant iranien Qassem Soleimani et fait monter les tensions au Moyen-Orient.

« C’est triste. Cet homme met des Américains en danger. Le geste le plus stupide que Trump ait fait jusqu‘à présent … Je demande ma citoyenneté nigériane », avait-elle alors tweeté. Il n’en fallait pas plus pour raviver une rivalité entre Ghanéens et Nigérians, vieille de plusieurs décennies, mais bien loin des soubresauts diplomatiques suscités par l’offensive américaine contre l’Iran.

Afrique : des musiciens en guerre contre le COVID-19

Lavez-vous les mains. Gardez la distance d’au moins un mètre avec votre interlocuteur … Des messages de musiciens africains qui utilisent la chanson pour sensibiliser le public contre le COVID-19.

En Ouganda le célèbre chanteur et politicien Robert Kyagulanyi, alias Bobi Wine associé ici à son collègue Nubian Li. Sur un air mêlé aux mélodies de rumba emblématiques de l’Afrique de l’Est, ils encouragent les gens à rechercher les symptômes.

Nigeria : l’actrice Funke Akindele arrêtée pour avoir organisé une fête en plein confinement

Une célèbre actrice nigériane a été arrêtée dimanche soir pour avoir organisé une fête à Lagos où se sont rendues de nombreuses célébrités, défiant les obligations de confinement imposées pour stopper la propagation du coronavirus, a indiqué la police lundi.

Funke Akindele, connue sous le nom de scène de Jenifa, est accusée d’avoir organisé une fête d’anniversaire pour son mari ayant réuni plusieurs stars de la scène nigériane, et dont les vidéos ont fait scandale sur les réseaux sociaux tout le weekend.

“Nous avons arrêté Funke Akindele pour avoir organisé une fête au mépris des  directives gouvernementales qui interdisent tout rassemblement de personnes”, a expliqué à l’AFP le porte-parole de la police Bala Elkana. L’actrice et son mari sont attendus en comparution immédiate lundi.

Ils risquent jusqu‘à un mois de prison et 100.000 nairas d’amende (240 euros). 

Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux, où l’on voit quelques dizaines d’invités, dont la star Naira Marley, faire la fête, ont fait scandale tout le weekend à Lagos, ville réputée pour les fêtes, l’insouciance et la décadence de certains de ses habitants.  

La star de Nollywood s’est excusée dans une vidéo Instagram et a promis au gouvernement “d’apporter du soutien et de faire de la prévention pour éradiquer la pandémie”.

Funke Akindele apparaît d’ailleurs dans une publicité de prévention où elle demande aux Nigérians d’observer les règles de distanciation sociale. 

Lundi, 232 cas officiels de Covid-19 avaient été recensés au Nigeria, et la maladie avait fait 5 morts déclarés. 

Les Etats du Delta, de Lagos et Abuja ont mis en place des mesures très strictes de confinement, difficilement applicables dans un pays où la majorité de la population dépend de l‘économie informelle pour se nourrir. 

AFRIQUE BÉNIN Un musée du Bénin va accueillir 27 objets traditionnels provenant de collections européennes

Le musée de la Récade de Lobozounkpa, près de Cotonou, au Bénin, va accueillir vendredi 17 janvier vingt-sept nouvelles récades, sabres et objets de culte fon, offerts par un collectif d’antiquaires parisiens, a annoncé un communiqué. En 2015 avait été créé cet espace de Lobozounkpa, sur une initiative du galeriste parisien Robert Vallois et du Collectif des antiquaires de Saint-Germain-des-Prés.

Au sein de cet espace d’accès gratuit, avait été érigé le « Petit Musée de la Récade », inauguré en 2015. A son ouverture, sa collection était constituée de trente-sept récades (sceptres en forme de hache ou de crosse) anciennes, six objets royaux et de culte fon, tous offerts par le Collectif et des collectionneurs privés.Lire aussi  Bénin : « Demander à la France qu’elle retarde la restitution de nos œuvres d’art est une atteinte à notre fierté »

Depuis son inauguration, les initiatives de retour d’objets traditionnels sur leur terre d’origine se sont poursuivies. Ces nouvelles récades, sabres et objets, provenant de deux anciennes collections européennes, acquises par le Collectif lors qu’une vente aux enchères à Nantes, viendront enrichir la collection.

Une politique muséale dynamique

Ce geste matérialise le retour d’œuvres du patrimoine béninois issues de collections occidentales privées. Il s’inscrit dans un plus vaste débat sur les restitutions d’œuvres d’arts premiers à l’Afrique. La restitution par la France au Bénin de vingt-six statuettes du royaume d’Abomey, annoncée en 2018, et qui se trouvent au Musée du quai Branly-Jacques Chirac, est actée et se fera courant 2020 ou début 2021.

Au Zimbabwe, l’épouse du vice-président écrouée pour avoir tenté de l’assassiner

L’épouse de l’actuel vice-président du Zimbabwe, Constantino Chiwenga, déjà poursuivie pour « fraude et blanchiment d’argent », a été placée en détention provisoire, lundi 16 décembre, accusée cette fois d’avoir tenté de supprimer son mari.

Convoquée lundi au tribunal de la capitale, Harare, Marry Mubaiwa, 38 ans, s’est vu signifier à l’audience une inculpation pour « tentative d’assassinat » et a été écrouée jusqu’à une prochaine comparution le 30 décembre

Au Burkina, la justice condamne le polémiste Kémi Séba pour « outrage au président »

La justice burkinabée a condamné, jeudi 26 décembre, le polémiste franco-béninois Kémi Séba, fondateur du mouvement Urgences panafricanistes, à « deux mois de prison avec sursis », pour « outrage » au président Roch Kaboré, au terme d’une audience en « comparution immédiate ».

Le tribunal de grande instance de Ouagadougou lui a aussi infligé une amende de 200 000 francs CFA (300 euros), le reconnaissant coupable également d’« outrage à des chefs d’Etat étrangers » dont l’Ivoirien Alassane Ouattara et le Nigérien Mahamadou Issoufou.Lire aussi  « Semi-révolution » ou « arnaque politique », la fin du franc CFA vue par des économistes africains

« On m’a condamné à deux mois avec sursis qui sont en réalité deux mois symboliques parce que même les juges savent que j’ai raison », a déclaré M. Séba à l’issue du procès.

« Même avec la fin du franc CFA, les rapports entre l’Afrique et la France seront toujours empreints d’une histoire douloureuse »

Tribune. Alassane Ouattara et Emmanuel Macron signent la fin du franc CFA en Afrique de l’Ouest. Le 21 décembre 2019, une nouvelle page de l’histoire entre la partie francophone de l’Afrique de l’Ouest et la France semble s’être tournée. En effet, depuis 1945, la souveraineté monétaire des pays d’Afrique de l’Ouest et centrale était partagée entre la France et ses anciennes colonies au sein de Banques centrales à vocation régionale. Or ce n’est plus complètement le cas. L’Afrique de l’Ouest francophone accroît son indépendance monétaire. Cette évolution ne concerne que certains pays d’Afrique de l’Ouest : le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo. Elle devrait néanmoins s’étendre à la zone franc d’Afrique centrale qui rassemble le Cameroun, la République centrafricaine, la République du Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale et le Tchad.Lire aussi  La fin du franc CFA annoncée par Emmanuel Macron et Alassane Ouattara

Bien entendu, les raisons de cette évolution sont multiples. Tout d’abord, sur le plan politique, il était de plus en plus lourd pour la France d’assumer vis-à-vis de ses anciennes colonies comme du reste du monde cette sorte de tutelle monétaire qui continuait de s’exercer longtemps, très longtemps, trop longtemps après la déclaration des indépendances dont on fêtera justement les 60 ans en 2020.

kultuTv

GRATUIT
VOIR